Le passe sanitaire et l’obligation vaccinale, un déni de conscience

Pour ne pas réitérer les grandes dictatures, les guerres et guerres civiles, il importe que chaque Homme soit vigilant à ses propres choix. Cela suppose le droit légal et le devoir moral de cette vigilance. Cela suppose aussi le droit légal de faire des choix en conscience et le devoir moral de forger sa propre opinion par l’étude d’opinions contraires aux siennes.

Sans cela, sans cet esprit critique et ce droit à faire ses propres choix, un peuple n’est rien d’autre qu’un troupeau de moutons que des fous peuvent mener à l’abattoir.

Par des réflexes moutonniers des peuples furent menés à se suicider au cours de guerres aussi infantiles que paternalistes (seconde guerre mondiale etc.). Nous pouvons aussi citer l’expérience de Stanley Milgram qui démontre les réflexes morbides que cause la soumission aveugle à l’autorité.

L’expérience de Milgram en 2 minutes

L’impossibilité du libre choix, un déni de nos devoirs

Le passe sanitaire et l’obligation vaccinale posent problème en cela qu’ils déchargent les individus de leur devoir de faire pour eux-mêmes un choix et de devoir étudier ce qui devrait leur permettre de faire ce choix.

Le passe sanitaire et l’obligation vaccinale causent une soumission et non un consentement. Cette soumission est dangereuse pour le devenir de l’Homme.

Un individu qui accepte sous la contrainte de se faire vacciner, parce qu’il y a été directement ou indirectement contraint et qui du fait de cette contrainte n’aurait pas réalisé le travail qui consiste à préalablement savoir ce qu’il se fait injecter, par la recherche d’informations contradictoires, est un individu prêt à tout accepter et même prêt par soumission à réitérer toutes les guerres du passé.

Un individu qui sous la contrainte se fait vacciner aujourd’hui, du seul fait de cette contrainte, est un individu qui demain accepterait pour la raison de cette même contrainte, de se faire injecter un poison si on associait publiquement à cette pratique l’idée d’une vertu.

Consentir au passe sanitaire et à l’obligation vaccinale, c’est ainsi consentir à ce que des millions d’individus se fassent vacciner à l’aveugle, sans même qu’ils aient le devoir préalable à cet acte de savoir ce qu’ils se font injecter.

C’est requérir une confiance aveugle dans l’autorité.

C’est cette exigence paternaliste qui est mère de toutes les guerres.

Laisser un commentaire

You have to agree to the comment policy.